DSAFHIR – Santé des femmes migrantes hébergées

L’étude DSAFHIR associe sciences sociales et épidémiologie pour analyser les mécanismes producteurs d’inégalités sociales et de genre dans l’accès à la santé et aux droits dans les situations d’asile et de refuge, en particulier la santé sexuelle et reproductive.

Porté par le Centre de Recherche de l’Institut de Démographie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le CRIDUP, et l’Observatoire du Samusocial de Paris, il a plusieurs objectifs :

  • mieux identifier les risques spécifiques que rencontrent les femmes migrantes et réfugiées en situation de précarité administrative et sociale,
  • analyser les éventuels freins structurels à l’accès aux services existants pourtant pensés comme un service public universel,
  • interroger la mise en place d’une offre de services adaptés.

L’étude DSAFHIR s’appuie sur un suivi de 300 femmes migrantes hébergées en hôtel social dans la région parisienne. La méthodologie mixte, qualitative et quantitative s’inscrit dans la double perspective de production de connaissances nouvelles sur les migrations féminines et d’outils d’amélioration des politiques publiques facilitant le recours aux droits et aux soins et les parcours d’insertion sociale.


1 réflexion sur « DSAFHIR – Santé des femmes migrantes hébergées »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.